• Lucie VERHAEGHE

Douleurs chroniques : La danse du mouvement libre est stimulante pour les patients au quotidien

Mis à jour : sept. 15


La danse donne un massage de la douleur de l'intérieur

Voici un résumé de l'article de Kicki Nordström, Annika Ekhammar & Maria EH Larsson (2020) : « Physiotherapist-guided Free Movement Dance for patients with persistent pain is empowering in everyday living. A qualitative study », dans le journal médical : European Journal of Physiotherapy.


Eléments-clés sur les douleurs chroniques ou « persistantes » :

Une douleur qui dure plus de 3 mois est définie comme une douleur chronique et est une raison courante pour aller consulter un physiothérapeute.

Environ 20% de la population en Europe, ainsi qu'aux Etats-Unis souffrent de douleurs chroniques.

Les traitements efficaces sont rares, mais des études de 2010 ont démontré les bienfaits d'interventions en physiothérapie avec une activité physique combinée à une thérapie comportementale.

L'activité physique combinée avec de l'éducation thérapeutique du patient de manière collective s'est révélée efficace.

La douleur affecte la vie dans une large mesure compte-tenu des interactions complexes de facteurs biologiques, psychologiques et sociaux qui se manifestent.


Au début des années 80, une thérapie en physiothérapie a été développée concernant la conscience corporelle. Cette thérapie vise à normaliser la posture, l'équilibre, la respiration et la tension musculaire.

La conscience corporelle a été définie comme une construction multidimensionnelle impliquant la sensibilité et l'attention aux signaux internes du corps (tension musculaire, rythme cardiaque, rythme respiratoire...) dans un environnement et soumis aux émotions.

L'interprétation des signaux du corps sans pensées et sentiments négatifs et l'action définie en fonction de ces signaux ont permis de réduire le ressenti de « catastrophisation » et d'augmenter l'auto-efficacité de l'action.

Cette thérapie a montré que les expériences positives du corps étaient entrelacées avec une nouvelle relation à soi et au monde. Les interactions entre les participants ont également favorisé le processus de création de nouveaux modes de pensée et d'action.


De plus, l'utilisation de la musique et du mouvement s'est révélée précieuse dans le traitement de la douleur.

Il a été démontré que la musique a un effet analgésique et qu'écouter de la musique dans la vie quotidienne, améliore le contrôle et la perception de la douleur.

Il a également été démontré que l'efficacité de l'exercice physique était plus élevée lorsqu'elle était associée à la musique (pour réduire la dépression et l'inconfort général chez les personnes atteintes de fibromyalgie par exemple).

Il a été suggéré que les mouvements sous forme de thérapie par la danse améliorent la qualité de vie, diminuent le stress physique, entraînent une réduction du stress mental et accroissent la conscience corporelle.

Ainsi, la musique utilisée en thérapie et la danse-thérapie semblent avoir un impact positif sur la qualité de vie des patients souffrant de douleurs chroniques notamment.

« La danse renforce la santé et la vitalité, fournit de l'exercice, renforce la concentration et augmente la créativité.La danse donne un massage de la douleur de l'intérieur et brise le pouvoir de l'habitude. » (A. Grundel)

Une autre méthode a été développée mettant l'accent sur les mouvements auto-explorés. C'est une façon de danser où les danseurs trouvent leurs propres mouvements sur 7 rythmes musicaux différents : fluide, staccato, chaos, légèreté, immobilité, tremblement et leur danse personnelle.

Il n'y a pas de modèles de mouvements donnés, le guide de danse utilise les rythmes pour inspirer les danseurs à être créatifs et à trouver de nouvelles façons de bouger et de s'entraîner à être présent tout en bougeant.


Les patients atteints de douleurs chroniques étant un groupe très hétérogène aux besoins différents, les physiothérapeutes doivent élargir leur arsenal de traitements et la danse du mouvement libre peut combler un vide dans ce domaine. C'est ainsi qu'elle a été conçue.

Elle utilise le principe des 7 différents rythmes et combine la connaissance approfondie du corps et de ses besoins par les physiothérapeutes pour déterminer les stratégies de diagnostic et d'intervention.

C'est une approche d'auto-exploration qui a le potentiel de donner aux patients un aperçu de leurs propres ressources de mouvements afin qu'ils apprennent des stratégies concrètes à mettre en œuvre dans leurs routines quotidiennes.

La danse du mouvement libre est pratiquée en groupe et des stratégies de gestion de la douleur, d'éducation et d'adaptation ont été ajoutées ainsi que la verbalisation et le partage.


Les patients atteints de douleurs chroniques sont examinés et suivis comme lors d'un traitement de physiothérapie habituel. Le physiothérapeute utilise les informations de l'examen des patients avant l'intervention de groupe et pendant la danse du mouvement libre. Il peut donc guider les patients dans des mouvements plus fonctionnels même si le mouvement est librement choisi par le patient. Les rythmes et les conseils visent à faciliter la fixation des limites.

De plus, la danse du mouvement libre contribue à la flexibilité psychologique, à la gestion de la douleur et à l'acceptation de celle-ci.


Méthodologie de cette étude :

L'étude a été réalisée sur un an sous la forme d'entretiens avec une analyse du contenu.

Au total, 19 femmes et un homme souffrant de douleurs chroniques diagnostiquées ont été choisis.

Les participants ont été informés que l'entretien serait ouvert et axé sur leurs propres expériences de la danse du mouvement libre en tant qu'intervention de physiothérapie.

Les entretiens semi-directifs en face à face ont eu lieu dans des établissements de santé et ont duré en moyenne 35 minutes questionnant de manière ouverte : les effets de la musique, le leadership, le groupe, les exercices et les différents rythmes.


Résultats obtenus :

L'analyse des propos tenus en entretiens a abouti à un thème général : « La danse du mouvement libre guidée par un physiothérapeute donne du pouvoir dans la vie de tous les jours » et 5 sous-thèmes :

  1. Générer la confiance physique et la force en brisant les schémas malsains

  2. Développer une meilleure compréhension des signaux du corps

  3. Accepter la douleur est important mais difficile

  4. Prendre la responsabilité de soi-même et de son bien-être

  5. Se sentir plus calme et plus heureux dans la vie


Pour aller plus loin dans la compréhension de cette étude :

La danse du mouvement libre guidée par un physiothérapeute donne du pouvoir dans la vie de tous les jours :

Améliorer le courage et la force physique en brisant les schémas malsains avec des conseils et par la présence du physiothérapeute a accru la conscience corporelle et aidé les participants à accepter la douleur, même si c'était difficile.

Prendre ses responsabilités en osant s'exprimer était responsabilisant et les mouvements « confortables » créaient un sentiment de bonheur, de sécurité et de pouvoir dans la vie.


1. Générer la confiance physique et la force en brisant les schémas malsains :

L'amélioration de la capacité physique est un objectif commun en physiothérapie et la douleur chronique peut être un facteur aggravant pour faire face à l'activité physique.

Pourtant, les participants ont décrit une amélioration de la force, de l'endurance, de la coordination et de l'équilibre.

En effet, dans une autre étude, il a été prouvé que l'utilisation des rythmes améliore la fonction physique et l'équilibre ainsi que la fonction cognitive et l'humeur chez les personnes âgées.


Les capacités de bouger sans aide à la marche, de s'asseoir par terre et de se relever ont été retrouvées, ainsi que la capacité de marcher sur de plus longues distances et d'avoir plus de force pour les activités quotidiennes. Les participants ont utilisé cette méthode comme exercice à domicile également.


Les mouvements d'auto-exploration offraient un contact plus profond avec leur corps, comme s'ils ressentaient des couches de muscles plus profondes.

Les participants ont également été mis au défi de déplacer des zones douloureuses de leur corps qu'ils essayaient normalement d'ignorer ou avaient peur de déplacer.

Grâce à la prise de conscience du corps, des sentiments, de la respiration et des mouvements auto-explorés à différents rythmes, la danse du mouvement libre a été décrite comme réduisant les tensions corporelles et parfois même la douleur et améliorant le sommeil.


Les composantes thérapeutiques de la danse du mouvement libre permettent d'une certaine façon une « éducation » sur la douleur, des conseils sur la conscience du corps et des conseils pour explorer la volonté d'accepter ce qui est dans le moment présent.


2. Développer une meilleure compréhension des signaux du corps :

Il a été mis en avant l'importance des conseils du physiothérapeute pour être conscient du corps et mieux comprendre ses signaux.

Le simple fait de mettre de la musique et de danser librement n’a pas le même effet que d’être guidé dans les différentes structures anatomiques (muscles, articulations, système nerveux,) et la connaissance des mouvements fonctionnels.

Les conseils, les rythmes et le groupe ont été décrits comme des ingrédients nécessaires pour accroître la conscience corporelle.

De plus, les mouvements « conscients » ont donné un aperçu de la façon dont la douleur était liée aux sentiments.

Les participants décrivent également la musique comme un outil important, car inspirant pour bouger, et les différents rythmes comme utiles pour trouver de nouveaux mouvements et explorer les différentes qualités de ceux-ci.


Il est important de reconnaître ses besoins et ses émotions pour faire face à la douleur, se familiariser avec son corps en étant présent et en expérimentant le corps de l'intérieur.

Faire l'expérience du corps de l'intérieur : la respiration, l'équilibre (physique et psychologique), la confiance en soi, les besoins et les émotions conduit à une conscience corporelle accrue durant la session de danse, mais aussi dans la vie quotidienne. Plus la danse est pratiquée, plus cette capacité augmente.


D'un autre côté, les participants ont également décrit qu'ils « s'échappaient » parfois de leur corps pendant les séances et que cette technique de distraction était un soulagement pour ne pas ressentir de douleur pendant un court moment.


3. Accepter la douleur est important mais difficile :

Apprendre à accepter la douleur était important mais très difficile, surtout au début.

Les participants ont expliqué qu'il était inutile d'ignorer les signaux du corps et le forcer à continuer à faire des activités malgré la douleur.

Le processus pour trouver de nouvelles façons de gérer la douleur a nécessité du temps et beaucoup de pratique.

Imaginer la douleur en tant que partenaire de danse les a aidés à entrer en contact et à communiquer avec elle. Cette communication se pratiquait également au quotidien et les conduisait à rythmer leurs activités et à se reposer quand cela était nécessaire avec la promesse de mieux prendre soin d'eux.


Les participants ont exprimé le lien entre la douleur et de nombreux sentiments (colère, peur...) et des souvenirs qui semblaient être stockés dans la douleur.

La guidance par le physiothérapeute leur a permis de surmonter la résistance, d'oser ressentir tous ces sentiments et de se confronter à ces souvenirs pour réduire les tensions et parfois même les douleurs.

Le partage, la verbalisation et l'écoute de la façon dont les autres membres du groupe ont géré la douleur ont été perçus comme utiles. Il était important de réaliser qu'ils n'étaient pas seuls à souffrir.


L'utilisation de mouvements d'auto-exploration dans différents rythmes pour oser bouger malgré la douleur est une expérience unique pour les participants et s'est avérée bénéfique pour réduire la peur de bouger et d'accepter la douleur.


4. Prendre la responsabilité de soi-même et de son bien-être :

Grâce à l'expérience de la danse du mouvement libre, les participants ont pris conscience de leur propre responsabilité envers eux-mêmes et de la façon dont ils sacrifiaient très souvent leur propre bien-être pour plaire aux autres.

Ils ont ainsi commencé à ériger des limites et à faire entendre leurs opinions plus ouvertement dans leurs différentes relations sociales.

Ils ont expliqué comment cela conduisait à moins de tension dans leur corps et, dans de nombreux cas, à moins de douleur et à un meilleur sommeil.

En effet, la rupture des relations malsaines et la baisse de la demande dans les situations sociales ont été d'autres résultats rapportés.

Ils ont également exprimé une compassion et une confiance en soi accrues et ont ainsi commencé à prendre soin de leur corps et à écouter les signaux au lieu de les ignorer et se sont sentis plus détendus dans leur corps et dans la vie elle-même.


Ce contexte collectif leur a également permis de trouver de nouvelles façons de faire face à la douleur et de nouvelles idées sur leur comportement envers eux-mêmes et les autres en écoutant les autres membres du groupe.


Grâce à la danse du mouvement libre, les participants ont accru leur conscience de soi et ont appris à se dire non à eux-mêmes et aux autres pour se sauver d'être trop actifs et de payer le prix élevé de plus de douleur par la suite.


5. Se sentir plus calme et plus heureux dans la vie :

L'utilisation de la danse du mouvement libre pour rencontrer et transformer des sentiments négatifs en sentiments plus positifs semble être très importante lors du traitement des patients atteints de douleurs chroniques.

Lorsqu'ils se permettaient de se détendre davantage, un sentiment de calme et de bonheur apparaissaient. Cette pratique était perçue comme étant très ludique et libérant les fantasmes et les rires.

Les participants ont expliqué que l'écoute de musiques à la maison et la danse lorsqu'ils se sentaient stressés les aidaient à être plus calmes et à se connecter avec des sentiments de bonheur et de liberté.


Les participants ont donc défini la danse du mouvement libre comme offrant l'espoir de pouvoir vivre pleinement malgré la douleur, car cela leur procurait un moment de joie et étant utile pour créer une vision plus positive de la vie.


Conclusion :

Le but de cette étude était de décrire comment les patients atteints de douleurs chroniques ressentaient la danse du mouvement libre comme intervention de physiothérapie avec pour résultat principal qu'ils se sentaient responsabilisés et plus autonomes dans la vie de tous les jours concernant leur santé.


En effet, la danse du mouvement libre a donné lieu à différents sentiments, pensées et comportements qui ont conduit à la réflexion sur soi.

Les participants ont identifié des habitudes et ont commencé à les remettre en question et à changer leur comportement.

Explorer des mouvements confortables pour eux sur différents rythmes et partager cela en groupe a créé un sentiment de bonheur, de sécurité et de pouvoir dans la vie.

De plus, ces patients ont spontanément exprimé une nette amélioration de leur santé générale.


Mots-clés : Danse, Douleurs Chroniques, Mouvements, Rythme, Thérapie

Retrouvez l'article complet sur : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/21679169.2018.1536893

 

Formulaire d'abonnement

06 43 62 99 73

  • Facebook
  • LinkedIn

Tous droits réservés. Photos et textes sont l’œuvre de l'auteur ou de ses partenaires et ne sont pas libres de droits.

Toute reproduction est interdite sans l'accord explicite de l'auteur. ©2020 par Arts-Danse-Therapie

Mentions légales

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now